… Aime le second effet « cook cool » de l’Air du Temps… Sur Christophe Aribert

Aribert_ADT_Credit S BITEAU-101

Je pense pouvoir dire que Christophe ne s’attendait pas à cela… Il ne pouvait imaginer qu’un 4-mains dans un restaurant éloigné de ses Terrasses d’Uriage puisse se transformer en 36 heures de quasi-détente. Car même s’il était occupé à préparer et à servir ce dîner, il s’est aussi révélé extrêmement détendu (malgré un genou douloureux – sic !)… J’avoue que je ne sais pas comment est Christophe dans sa propre maison française doublement étoilée. Mais je ne pense pas me tromper en écrivant qu’il n’y est certainement pas aussi tranquille qu’à l’Air du Temps, choyé, chouchouté, et secondé par toute une équipe tellement aguerrie à l’exercice. J’ai entendu Christophe féliciter et remercier toute la team de l’ADT des dizaines de fois, ici pour une préparation, là pour une cuisson, et encore là pour une douce attention.

Aribert_ADT_Credit S BITEAU-196

Dans les assiettes, Christophe s’est immergé dans l’univers de San sans aucune retenu. Il a usé et abusé avec délice (le sien et le notre !) de la généreuse production du jardin. Il s’est glissé tout naturellement dans l’état d’esprit de l’ADT comme on se glisse dans un doux vêtement chaud. Cette aisance à se mettre au diapason, et sa très belle appropriation du jardin et du lieu se sont totalement ressenties dans les assiettes et nous ont permis de profiter de créations uniques, dédiées et reflétant le moment. Quant au bien-être visible et la bonne humeur du Chef invité, ils ont imprimé sur cette soirée, une ambiance en même temps douce, conviviale, mais aussi joyeusement adolescente.

Aribert_ADT_Credit S BITEAU-509

Comme cette version du boeuf-carotte revisitée par les 2 Chefs ensemble… Une joue d’Angus confite et heureuse de l’être, comme nous sommes heureux de l’attaquer sans couteau… Une carotte en mousseline lisse et fluide comme ce service… Des parfums anthésite « anisante » pour arrondir, la moelle et une huile parfumée à la carotte pour encanailler.

Je n’oublierai pas le pas-à-pas de San autour du sushi, partant du riz nature sobrement cuit à la perfection et servi dans sa cuillère puis additionné de quelques légumes et saveurs aigres-douces, puis, enfin, parachevée du homard et de ses épices raz-el-hanout. Quelle belle promenade… Je n’oublierai pas être restée bluffée par ce filet de fera que Christophe a, par je ne sais quelle magie, habillé d’une fine couche de pain à la carotte invisible. Fou. C’est fou. Et aussi follement bon… Je n’oublierai pas avoir songé à la petite salle à manger cachée de la Marine, celle où l’on s’assoit autour d’une grande table de chêne massif pour déguster des huîtres de première qualité en respirant les parfums fumés du feu qui crépite dans la cheminée… comme cette huître Maldon cuite au greenegg.

Aribert_ADT_Credit S BITEAU-422

Enfin bref, l’Air du Temps a encore appliqué son effet Cook cool sur un Chef invité heureux… Et je dois dire que je l’ai trouvé bien chouette ce Christophe… Et qu’il se pourrait bien que je passe par sa terrasse un de ces jours…

Chistophe Aribert

christophearibert.com

Les Terrasses d’Uriage

www.grand-hotel-uriage.com

Sang Hoon Degeimbre – L’Air du Temps

airdutemps.be

Et toutes les photos de ce dîner cool and cook sur Facebook